Togram

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clé - Bonheur

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, juin 8 2008

Dans les coquelicots ...





Avant de partir, j'ai allumé mon Ipod (ben ouais, parce que chuis une rebelle) puis j'ai mis mon casque (ok, pas tant que ça -_-'). Au début, juste de la descente, des virages serrés, avec freinage au dernier moment, I said, "please don't slow me down, Am I going too fast ?" . Le ciel est noir, sur la visière juste deux trois gouttes, j'aime bien, devant c'est flou, Why can't you wait. La musique a tout envahi, j'ai l'impression d'aller plus vite, le ciel redevient clair, je crois que c'est le paradis, Alright I'm coming . Il y a du vent, par terre, mes cheveux volent à contre-sens, baignés par le soleil orangé. On dirait qu'un oiseaux bat des ailes juste à coté de ma tête, mais c'est simplement le col de ma veste, Give me some time, I just need a little time. Je regarde à gauche, les rayons du soleil traversent les nuages en filets de poussière, si j'avais eu un minimum de foi, j'aurais pensé que Dieu débarquait, mais très peu pour moi le grand moustachu, We lost the war. Entrée en ligne du cubisme, à gauche la voie ferré, à droite les barrières, en haut les lignes électriques, en bas les traces blanches, prison moderne adoucie par l'odeur des fleurs du champ d'à coté, I don't wanna waste your time. Encore cinq minutes, les tournesols font la gueule, le soleil s'en va. Mes pensées sont en jachère, règne des sensations. Je ferme les yeux, et me dis que je laisserais bien le scooter partir sur le coté, pour m'affaler violemment dans les coquelicots. Là, je ne bougerais plus, je partirais dans un long sommeil, et mon Ipod dirait Meet me in the bathroom ...


The Kooks - Do you wanna


Parce que j'aime les textes sans syntaxe ...


mardi, mai 27 2008

Ricard Live Music




Il ne faut pas fier au nom (ben ouais parce que sinon on y va pas -_-'), le Ricard Live Music est ... magique !
Une affiche extra :
Martin Solveig (nan pas Marvin)
Maroon 5
Apres quelques heures de train, tram et autres transports en communs (héhé écolo powaaa), quel bonheur de voir la première scène d'un des plus grand DJ, de découvrir des titres de son prochain album, et de voir un groupe idolâtré depuis tant d'années (3 en fait).
Bref, Martin chante Nirvana, les parties instrumentales de Maroon 5 sont à tomber par terre et Adam, le showman, est trop sexy

page 2 de 2 -